samedi 1 octobre 2016

CONSEILS : SURVIVRE EN FREERIDE


FREERIDE* : événement de descente réunissant longboards, luges, buttboards, rollers, bibibobs … de 1 à plein de jours, sur route fermée et sécurisée. Ce type de rassemblement peut donner lieu à de nombreuses cascades et autres “counasseries”, sur la route comme en soirée.




Voici donc quelques conseils pour en sortir (presque) indemne :

Partir équipé :


Tente, matelas, duvet chaud, skate, protections, trousse de toilette/secours… Pour les premiers freerides, préparez une liste bien en avance pour pouvoir l’étoffer jusqu’au jour du grand départ et limiter les oublis. Conservez-la et affinez-la d'événement en événement.



Quelques objets essentiels à ne pas oublier :

  • Lampe frontale : les freerides ont souvent lieu dans des endroits reculés dépourvus de lumière dans la zone de camping.


  • Bonnet, Col/Echarpe : même en plein été et surtout après une journée d’activité physique, un bonnet à disposition c’est l’assurance de mieux dormir. Une fois glissé dans votre duvet, la seule partie de votre corps susceptible de vous faire perdre de la chaleur, c’est votre tête.


  • Pucks et roues de rechange : autant les genouillères et le cuir ça se répare grossièrement au scotch tissé, autant un puck perdu ou une roue qui déjante et c’est la fin du freeride pour vous.


  • Un vêtement de pluie (poncho de pluie + chaussures) : 2 jours c’est très long quand on se retrouve trempé le samedi matin (alors que la météo annonçait soleil).

IMG_8066.JPG


  • Tongs, short, lunettes de soleil : parce que chiller en cuir et aller aux douche en chaussettes ça fait bien Yaich’ t’as vu!

IMG_20150607_133358.jpg
IMG_20150905_133339.jpg

  • Une bouteille d’eau, quelques bonbons, des pompot’, une banane : pour se redonner un coup de peps entre 2 runs 2ouf.



  • Du P.Q. pour ton troutrou’ ! … enfin sauf pour les princesses puisqu’elles font des paillettes.


  • EN VRAC : Du cash car “en pleine Pampa la carte passe pas”, Boule quiès pour les sommeils légers, masque pour les yeux si comme moi la lumière vous réveille, oreiller gonflable, couteau pliant, lunettes de soleil, crème solaire pour les jolies rouquines...



Partir renseigné :
Un papier avec les grandes lignes du trajet, l’adresse exacte du spot. 
ATTENTION : Plusieurs villes plus ou moins espacées peuvent avoir le même nom (MONTAUT par exemple… n’est-ce-pas la Stunt School section lyonnaise ?! :-P ). Les smartphones c’est bien, le papier ça reste.
Assurez-vous de connaître les repas compris ou non avec l’inscription. Sans petit-déjeuner samedi matin vous ne tiendrez pas plus de quelques runs. Niveau bouffe et eau prévoyez large, ça vous sauvera ou un pote en galère.




Installez-vous :
Plantez votre tente ou vous pensez le mieux dormir ; identifiez avant de vous décider le dénivelé du camping, ou se lèvera le soleil, ou se situe la sono’ et les grande-gueules. Une bonne nuit de sommeil c’est l’assurance d’une bonne journée de skate.



Don’t be the hero of the Apero :



1148992_10151571537695838_1521712485_n.jpg


Hormis les super-héros au foie en adamantium, on ne peut pas gagner la fête ET le ride. Skater ou picoler il faut choisir, ou au moins moduler. La cuite du samedi soir vous handicapera sur votre skate le dimanche, du simple relent dans le casque à la grosse blessure bien conne par manque de lucidité. 

Ecoutez votre corps et n’hésitez pas à faire des pauses, une sieste si besoin. Dormez ce dont vous avez besoin, pas ce que vos potes ont décidé pour vous. Ca sonne « vieux con moralisateur » mais ça fonctionne très bien.


IMG_20150606_132647.jpg
IMG_20150607_132811.jpg

Echauffé, Vérifiéééééé…
Avant chaque demi-journée de ride, étirez-vous. Utilisez chacune de vos articulations, calmement, sans trop forcer. Faites-le de préférence une fois équipé de vos protections pour vous re-familiariser avec ces « entraves » aux mouvements. Imitez les pauses que vous prendrez sur votre engin à roulettes pour vous assurer de votre futur confort.
Vérifiez votre matériel, le serrage de vos écrous, l’absence de roulements grippés, le juste serrage de vos trucks… Vous voilà fin prêt !

Au départ :
Partez au moment juste avec les personnes qui vous conviennent.
Partir trop tôt quand on débute, c’est risquer de se faire doubler (pas toujours proprement) par des riders plus rapides.
Partir trop tard, c’est risquer de se retrouver coincé dans le trafic et devoir composer avec des riders parfois stressés et imprévisibles.
Pour commencer, je vous conseille de partir avec des amis connaissant le spot, du même niveau ou meilleurs que vous. Greffez-vous à l’arrière du groupe et suivez le mouvement. Vous pourrez ainsi anticiper les freinages et avoir de la place derrière vous pour être à l’aise.


Dans le cas où vous ne connaissez pas les riders avec qui vous partez, d’un bref coup d’oeil identifiez les Goofies (pied droit devant) et les Régulars (pied gauche), méfiez-vous de ceux avec les fesses à l’air (crash test dummies) et des super-héros en roues neuves (Dropfootman et Superbrouteurenslide). Préférez suivre un rider de votre stance, souvent à l’aise dans les mêmes virages que vous.

Quand vous avez le choix et la place, mais que le dépassement risque de prendre du temps, passez face au rider plutôt que dans son dos.


En groupe, préférez poser doucement la main sur un rider autour de vous plutôt que de
déclencher un freinage hasardeux en mode « chien dans un jeu de quilles ».
Annoncez vos freinages par une rotation en l’air de la main et vos dépassements en claquant des gants.


Au freinage de fin, veillez à vous espacer. Se relever c’est bien, mais se remettre en schuss quelques dizaines de mètres est parfois plus judicieux. C’est souvent au rider le plus expérimenté de prendre cette initiative pour limiter les frayeurs.
Une fois à l’arrêt, évacuez rapidement la piste. En dehors des « blessures de fête », celles à l’arrivée sont les plus idiotes.

Remontez dans le camion et recommencez jusqu’à plus soif. Profitez de la piste, des gens, de l’environnement… Bref « be green » !



Et surtout n’oubliez pas que l’important dans le skate, c’est le SKATE !



mardi 19 juillet 2016

REVIEW : Roues CULT Rapture 73a


J’ai eu la chance de tester les roues CULT Rapture 73a. Les roues les plus typées descente de la marque anglaise, dans leur version la plus tendre : 74mm de diamètre, 66 mm de large, autant de surface de contact et 73a au duromètre. Sur le papier, ça ne semble pas le genre de roues qu’on met facilement en travers. En pratique, pourtant, elles se laissent dompter....

I had the opportunity to try the CULT Rapture 73a. The most downhill-oriented wheels from the British brand, in its softest version.74mm in diameter, 66mm width, as much contact patch and a 73a durometer. In theory, it seems hard to push them sideways. In practice, they are a lot more tameable.



Elles absorbent toutes les imperfections de la route sans pour autant coller au bitume. Grâce à leur large noyau, la gomme se déforme peu. Elles roulent plutôt vite pour un uréthane aussi tendre.

Raptures are comfortable on rough pavement, without feeling sitcky. Thanks to their wide core, the urethane distorts only slightly. They roll pretty fast for such a soft urethane.


Les premiers slides nécessitent de l’engagement et des “grabs” fermes mais, avec de la vitesse,, ils se déclenchent sans trop de difficulté, moins que je l’imaginais en tous cas.Le freinage est régulier et très puissant. Sur les premiers essais, c’est comme une bonne claque qui m’arrête presque avant le virage. Très vite, je me règle et ça se transforme en un jeu jubilatoire : arriver fort, freiner tard, retrouver du grip rapidement et plonger dans l’inter’.A gabarit égal, c’est l’occasion de passer au freinage les copains et leurs roues qui glissent… Sans pression ! :-P

The first slides require “hard commitment” and strong grabs but with speed, they are not as difficult as I had expected. Braking is linear and very powerful. At first, it’s like a slap in the face which stops me even too short before the hairpin. Quickly it becomes a jubilant game : rolling fast, braking late, hooking up fast, and diving in the inside. With an equal weight, this is your chance to pass your friends who chose slidey wheels… pressureless and priceless ! :-P


Une fois les capacités de freinage des CULT Rapture intégrées et leur surface déglacée, ces roues sont des bêtes de descente. Elles sont très sécurisantes en courbes rapides car elles conservent beaucoup de grip. Même en 73a,, leur décroche est saine, leur glisse douce mais bien freinante et leur raccroche prévisible. Elles se laissent même mettre en travers en slide debout, sans braire ni tressauter.

Once they are broken in and their braking ability is fully understood, these wheels are downhill beasts ! They keep a lot of grip, they are very reassuring for high speed curves. Even with a 73a duro, their slide is predictable, smooth but very “braky” and easy to hook up. Worn, they are easy to push sideways with no hand down, without screaming and wiggling.



Niveau usure,, l’uréthane CULT Psychathane, soutenu par le large noyau “quasi centré mais pas tant”, se déforme peu et par conséquent s’use sans précipitation.

How do they wear ? CULT Psychathane and the wide slightly offset core distort relatively little and consequently wear slowly.


J’aimais beaucoup les VENOM Cannibal et ORANGATANG Kegel pour la descente, j’adore désormais les CULT Rapture 73a. Elles gardent plus de grip une fois déglacées sans être difficiles à mettre en travers.Le seul inconvénient de ces roues,, c’est de devoir s’en passer. On prend rapidement l’habitude de bien alléger la planche pour faire décrocher les Rapture et on profite de leur grosse capacité de freinage. Quand on passe à d’autres roues, on glisse “trop”. Il est nécessaire de se réadapter et ramener son centre de gravité bien plus “au dessus” de la planche.

I liked so much VENOM Cannibal and ORANGATANG Kegel for Downhill, now I love CULT Rapture 73a. When worn they keep more grip without being hard to push sideways.The only inconvenience of those wheels is to do without them. You get used to reduce pressure on the deck to make them slide and then take advantage of their braking ability … but  when riding back to other wheels, they feel “too icy”. It’s necessary to readjust your stance and put more weight above the board.



Les CULT Rapture 73a sont des bêtes de course à se procurer absolument si vous aimez rouler fort et avec précision !


CULT Rapture 73a are dope downhill beasts. A must-have if you like riding fast and precisely !




mardi 24 mai 2016

REVIEW : KOAD Devalin, Breizhboarding 2ouf !


Voila plusieurs années que j’admirais au Rozen’Roll*  (freeride organisé par l’Association R.I.D.E à quelques kilomètres du Mont Saint-Michel :-P ) les planches de la marque KOAD. Au départ des shapes simples, plutôt axés cruising / dancing et des finitions dignes des plus belles marquetteries.
A l’écoute des riders, la marque a plus récemment travaillé sur de nouveaux modèles orientés freestyle et descente avec des kicks optimisés, des concaves “3D”, des microdrops, de la fibre… Les prototypes que j’avais pu voir laissaient présager de bonnes choses.

For some years now I have been admiring KOAD decks at Rozen’Roll Freeride (a little freeride event close to the famous Mont Saint-Michel). At the beginning, some simple shapes, for cruising and dancing with beautiful finishes which looked like real marquetry.
More recently, KOAD has worked on several new molds for freestyle and downhill decks with kicks, 3D concave, microdrops, fiber… The prototypes I had seen looked really promising.

 Photo : Koad

J’ai appris avec plaisir que Pierre, gérant du shop FULKIT-SKATEBOARDS, allait en rentrer en stock et que 2 modèles passeraient en test chez Longboardskate !
J’ai pu rouler la KOAD Devalin Single Kick ou “Devalin Daou” comme disent les Armoricains.

I learnt with delight that Pierre from FULKIT-SKATEBOARD SHOP was going to stock some KOAD decks and two of them would be reviewed on this blog !
I rode the KOAD Devalin SK or “Devalin Daou” as say Armoricans.


  • Longueur / Length : 95 cm / 37.4”
  • Largeur / Width : 25 cm / 9.8“
  • Construction : Erable ou Erable + kevlar selon les versions / Maple or maple + kevlar fiber
  • Shape : Microdrops, Flat concave + W, Kicktail, empattement multiple / multiple wheelbases
  • Prix / Price : 180 euros chez FULKIT



 Photos Fulkit-Skateboards pour exemple, elle est  au moins 1000 fois plus belle en vraie ! ;-)


J’ai récupéré à Yzeron le plateau que venait de rouler Pierre, je l’ai monté la veille du “Freeride de la première Eure” et je l’ai roulé tout le week-end… Ce n’est qu’au moment de la remettre dans le coffre que je me suis souvenu que ça n’était pas l’une de mes boards !
Cette review s’est donc construite à l’inverse des autres. Elle parlera de la façon dont cette planche sait se faire oublier pour laisser la part belle au skate.

I picked up this deck from Pierre at Yzeron event, I set it up the day before “Le Freeride de la première Eure” and rode it all the week end. I only remembered that it wasn’t one of my personal boards sunday evening when putting it in my car trunk.
So this review is built upside down, I will write about how this deck is able to lay low to emphasize skateboarding.


Photo : Ma Yo

Esthétiquement, la planche est sobre, il s’agit d’un beau plateau de bois exceptionnellement bien fini avec une déco minimaliste qui fait ressortir le côté simple et végétal de l’engin. Personnellement, j’aime beaucoup.

Aesthetically the deck is very plain, a nice piece of maple with a beautiful finish, a minimalist graphic design to highlight the simple and vegetal aspect of the board. I’m loving it.


Ce qui me stupéfait en tout premier lieu (et encore maintenant), c’est la robustesse de la board. Pierre a roulé 2 à 3 jours au freeride d’Yzeron, avec tout ce que cela  implique pour le matériel (de l’engagement et du cassage de talus), et bien que les arêtes les plus saillantes soient un peu râpées et que la tranche ait pris quelques coups, la planche est intacte : aucune délamination, très peu d’abrasion et un dessous quasi vierge de toute rayure ! Le bois semble “vitrifié” par la finition.

I was tongue-tied (and even now) by the strength of the deck. Pierre has been thrashing it on the steep and narrow track of Yzeron for three days. The sharp edges are a bit sanded and the sides took a few hits but the deck is unspoiled : no delamination, only a few abrasions and the bottom sheet is almost unscratched ! The wood seems to be vitrified.

12901231_10153688382676185_7644192673356032781_o.jpg
Photo : Ptitloup

Niveau shape, la planche est ultra confortable et se fait vite oublier. Elle a très peu de flex, juste de quoi être confortable sous mes 70 kg. Le concave accentué sur les arêtes, associé aux légers rabaissements avant et arrière, est enveloppant sans être radical. Le faible “W” ou dôme central courant sur la longueur du plateau n’engendre aucun déséquilibre à la poussée, tout en accentuant le contrôle de la voûte plantaire.
Pour ce qui est du Kicktail, tout est maîtrisé : je descends les trottoirs, les streeteux eux arrivent bien à les remonter ;-)

The shape is comfy and the deck is quickly tamed. There is not much flex, just enough to be comfy under my 140lbs. The flat concave associated to microdrops is wrapping without to be radical. The “W” or dome keeps your feet locked with no unbalance while pushing.
Real skateboarders would be able to pop the Devalin’s tail, others (like me) use it for manuals and crossing sidewalks.

Photo : Damien Lemoine

Bien que le gabarit du plateau convienne à toutes les morphologies, la planche est large, les petits pieds devront donc peut être s’orienter sur les modèles plus étroits de la marque. Les autres profiteront de cette place pour poser des slides “sur les orteils” sans avoir à aller chercher la tranche de la planche avec le pied.

The deck is nice for every morphology but “little feeters” may change their mind towards the narrower KOAD boards. The others will enjoy those wide areas to slide toeside without grabbing the deck with their “monkey toes”.

Andelys2016 -Amélie Castain2.jpg
Photo : Amélie Castain

On met la planche facilement en travers, les pieds glissent peu et retrouvent naturellement leur place. La KOAD Devalin ne fait preuve d’aucun excès, on est vraiment très bien dessus. Pas d’extravagance ou concept pseudo-révolutionnaire mais absolument tout ce qu’il faut en terme de confort et de performance : c’est une sorte de doux point d’équilibre. On la skate bien sans avoir à y réfléchir.

A l’heure où, à notre grand regret, certains de nos shapers français cessent leur activité, la relève est là, prête à nous faire rider de sa superbe !


The board is easy to push sideways, feet are well-locked. The KOAD Devalin is showing no excess, it feels really good. No extravaganza or “revolutionary concept” but all we need to ride with ease and precision : a kind of sweet balance point. We ride it well without thinking about it.

Andelys2016 -Damien Lemoine2.jpg
Photo : Damien Lemoine

lundi 23 mai 2016

VIDEO : Saint-Pathik Freeride 2016 par l'Association R.I.D.E.

Saint-Pathik Freeride 2016 par l'Association R.I.D.E.

Une des plus jolies vidéos de freeride que j'ai pu voir, ils sont forts ces Bretons !

jeudi 28 avril 2016

PROTECTION : Pantalon de skate renforcé Cordura 1000d par Halfthing Creation


Le pantalon de skate renforcé 4YA* by HALFTHING CREATION vient de voir le jour !

The HALFTHING CREATION 4YA* Cordura reinforced pants is born !


Renfort arrière en CORDURA® Brand Fabric 1000d sur base de jean Carhartt.
(Réalisable uniquement sur commande pour le moment, sur vos pantalons, shorts, vestes, sweat-shirt...)








Qui êtes-vous ?

Ma photo
Pour plus d'informations, des propositions d'articles, des événements et autres sessions...n'hésitez pas à me contacter!!! [longboardskate@gmail.com]